Vieillir et conduire, faut-il choisir?

  • Publié le: 19 May 2014
  • Par: centre de test ...
vieillir et conduire ce n'est pas cela

Nous savons aujourd’hui que les seniors de plus de 75 ans ont deux fois mois d’accident que les jeunes conducteurs. Néanmoins, il est évident que les risques d’accidents de la route augmentent considérablement avec l’âge. Dans cette perspective nous pouvons alors nous demander dans quelles conditions est-il possible de continuer à conduire pour cette population vieillissante.

Nous savons qu’aujourd’hui qu’aucune visite médicale n’est obligatoire pour les conducteurs âgés, pourtant nous savons comme de nombreuses études l’ont démontrée, que le risque d’accident augmente, plus précisément passé la barre des 75 ans. Ce facteur de risque croissant s’explique par la diminution de la vue, de l’audition et de l’arthrose cervicale, qui entraine une mobilité réduite de la tête et du regard.

Nous savons également que l’âge affecte également la vitesse de réaction dans certain contexte de conduite stressante ou complexe, comme les ronds-points ou les échangeurs autoroutiers. Ces résultats peuvent être évalués par des tests psychotechniques du permis de conduire.

Pour compenser la diminution de leurs performances, les conducteurs qui vieillissent tentent alors de s’adapter au mieux à leurs nouvelles conditions de vie. Cette nouvelle adaptation vaalors consister à conduire de manière plus prudente, moins vite, en évitant de conduire la nuit et font des distances moins longues. Dans la majorité des cas, les conducteurs vieillissants cessent d’eux-mêmes de conduire quand ils jugent que cela devient trop dangereux pour leur vie et la vie d’autrui.

 

 

Lire plus d'articles